Le Christ, l'Antéchrist et l'Église

par T. Austin-Sparks


Chapitre 1 - Les droits de Dieu

Il y a trois courtes séries de passages de l'Écriture dans le cadre de notre méditation.

Le Christ

Col 1:13-18 — Il nous a délivrés du pouvoir des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption, le pardon des péchés. Il est l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. Car en lui tout a été créé dans les cieux et sur la terre, ce qui est visible et ce qui est invisible, trônes, souverainetés, principautés, pouvoirs. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et tout subsiste en lui. Il est la tête du corps, de l'Église. Il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier.

Heb. 2:5-10,16 — En effet, ce n'est pas à des anges que Dieu a soumis le monde à venir dont nous parlons. Mais quelqu'un a rendu quelque part ce témoignage : Qu'est-ce que l'homme, pour que tu te souviennes de lui, Le fils de l'homme, pour que tu prennes soin de lui ? Tu l'as fait pour un peu de temps inférieur aux anges, Tu l'as couronné de gloire et d'honneur, Tu l'as établi sur les oeuvres de tes mains; Tu as mis toutes choses sous ses pieds. En lui soumettant ainsi toutes choses, Dieu n'a rien laissé qui reste insoumis. Cependant, nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient soumises. Mais celui qui a été fait pour un peu de temps inférieur aux anges, Jésus, nous le contemplons, couronné de gloire et d'honneur, à cause de la mort qu'il a soufferte; ainsi, par la grâce de Dieu, il a goûté la mort pour tous. Il convenait en effet à Celui par qui et pour qui tout existe, et qui a conduit beaucoup de fils à la gloire, d'élever à la perfection, par la souffrance, l'auteur de leur salut. 16 Car ce n'est pas à des anges, assurément, qu'il vient en aide, mais c'est à la descendance d'Abraham qu'il vient en aide.

Eph. 1:22 — Il a tout mis sous ses pieds et l'a donné pour chef suprême à l'Église,

Eph 4:10 — Celui qui est descendu, c'est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux, afin de remplir toutes choses. L'Église

Le Église

Eph. 1:22 — Il a tout mis sous ses pieds et l'a donné pour chef suprême à l'Église,

Eph. 2:14-16 — Car c'est lui notre paix, lui qui des deux n'en a fait qu'un, en détruisant le mur de séparation, l'inimitié.

Eph. 3:20-21 — Or, à celui qui, par la puissance qui agit en nous, peut faire infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui la gloire dans l'Église et en Christ-Jésus, dans toutes les générations, aux siècles des siècles. Amen.

L'Antéchrist

1 Jean 2:18-22 — Jeunes enfants, c'est l'heure dernière; comme vous avez entendu qu'un antichrist venait, voici qu'il y a maintenant plusieurs antichrists : par là nous reconnaissons que c'est l'heure dernière. Ils sont sortis de chez nous, mais ils n'étaient pas des nôtres; car, s'ils avaient été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous; mais de la sorte, il est manifeste que tous ne sont pas des nôtres. Vous-mêmes, vous avez une onction de la part de celui qui est saint, et tous, vous avez la connaissance. Je vous ai écrit, non parce que vous ne savez pas la vérité, mais parce que vous la savez, et parce qu'aucun mensonge ne vient de la vérité. Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l'antichrist, qui nie le Père et le Fils.

1 Jean 4:2-3 — Reconnaissez à ceci l'Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu; et tout esprit qui ne confesse pas Jésus, n'est pas de Dieu, c'est celui de l'antichrist, dont vous avez appris qu'il vient, et qui maintenant est déjà dans le monde.

2 Thess. 2:3-10 — Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut qu'auparavant l'apostasie soit arrivée, et que se révèle l'homme impie, le fils de perdition, l'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou qu'on adore, et qui va jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu et se faire passer lui-même pour Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais cela, lorsque j'étais encore auprès de vous ? Et maintenant vous savez bien ce qui le retient, pour qu'il ne se révèle qu'en son temps. Car déjà le mystère de l'iniquité est à l'oeuvre, (il faut) seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Alors se révélera l'impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche et qu'il écrasera par l'éclat de son avènement. L'avènement de l'impie se produira par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l'injustice pour ceux qui périssent, parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés.

Je dois vous dire un mot avant d'en venir directement à la question du Christ, l'Antéchrist, et l'Église. L'apôtre Jean par le Saint-Esprit, à l'ouverture de son Évangile, appelle Jésus, Fils de Dieu, le «Logos». L'apôtre Paul appelle Jésus « la sagesse de Dieu »et «la puissance de Dieu». Ces titres ont une signification particulière. Cette importance est que Jésus est l'incarnation de l'intelligence divine, la pensée divine. Derrière toute chose dans cet univers, comme nous le savons, il y a des événements, des causes, des raisons, des explications, des significations, des choses qui exigent des réponses, et le travail du Saint-Esprit, entre autres choses, et une de ses principales œuvres, est de révéler les significations, les raisons, les explications, et de nous amener au pourquoi des choses telles qu'elles sont dans l'esprit de Dieu. Toute explication est liée à la Personne du Seigneur Jésus. Il est la personnification de Dieu, la raison, l'explication et la réponse à des choses qui se cachent derrière cet univers. Les réponses de Dieu ne sont pas des réponses verbales, les explications de Dieu ne sont pas des mots. Toute la réponse de Dieu est une Personne, et c'est donc la révélation de Jésus-Christ qui est derrière toute chose et nous donne la clé de tout, les réponses à chaque question et nous donne toutes la connaissance nécessaire pour que nous soyons en parfaite union avec Dieu.

Maintenant, vous demandez pourquoi je dis cela. Eh bien, la réponse est que, dans le développement de la filiation, Dieu veut que ses propres enfants soient remplis de sagesse, non seulement qu'ils aient de l'intelligence et du savoir pour le bien de la chose, mais aussi parce que cette intelligence spirituelle est la vie et la puissance. La connaissance de Jésus-Christ par le Saint-Esprit, c'est la vie, et c'est la puissance. La révélation de Jésus-Christ est une chose devant laquelle toute la puissance du mal est destinée et vouée à la perdition, et c'est également ce qui mettra en place, en dernière instance, la condition qui est entièrement selon la pensée originelle de Dieu. Quand il sera complètement et définitivement manifesté, il se passera quelque chose dans le domaine du mal, d'une part, de sorte qu'il sera annulé, sa fin est venue, alors que, d'autre part, la condition des choses selon l'intention de Dieu sera instaurée.

Maintenant vous voyez l'importance d'avoir des explications, l'importance de reconnaître qu'il y a une raison pour tout, un sens à tout, et que le Seigneur Jésus est venu apporter, dans sa propre personne, le sens des choses à la lumière. Dieu ne veut pas que nous acceptions simplement ses actes, Il veut nous faire connaître le sens de ses actes. Il ne veut pas que nous regardions passivement les événements, Il veut que nous comprenions l'explication de ces événements. L'acte par lequel Dieu inclut tous les événements est Jésus-Christ, et nous ne devons pas accepter Jésus-Christ juste comme un fait. Nous devons savoir ce qu'il signifie, et ce dans tous les sens, dans chaque domaine. Cette connaissance est purement de nature spirituelle, et, comme je l'ai dit, va opérer énormément dans les deux sens, un contre le mal, l'autre pour instaurer l'état de choses où Dieu exprime sa propre pensée. Maintenant, tout ça ressemble à de la haute-voltige, mais ce que je désire vous communiquer, et vous faire saisir avant d'aller plus loin, c'est qu'il y a quelque chose qui se cache derrière tout ce que nous lisons dans la Parole de Dieu. Il y a quelque chose qui se trouve derrière le fait du Christ, une chose immense qui se trouve derrière lui, une raison profonde. C'est aussi ce qui se trouve derrière l'Église. L'Église est la réponse à quelque chose, l'explication de quelque chose. L'Église est l'incarnation de la pensée divine. Nous devons savoir ce que c'est. Maintenant, ceci s'applique à tout ce que nous avons dans la Parole de Dieu. Nous devons non seulement voir qu'il y a quelque chose à dire, à déclarer, à révéler, nous devons nous poser la question, Qu'y a-t-il d'aussi grand que l'Esprit de Dieu, qui se cache derrière cela ? Qu'est-ce que c'est ? C'est là que se trouve toute l'étendue de notre éducation spirituelle, la lumière, l'instruction. C'est du domaine de l'Esprit Saint de nous faire connaître ces choses, et quand Dieu a un peuple en pleine intelligence spirituelle engagé dans cette voie, il a quelque chose qui pour Lui est d'une grande importance et d'une grande valeur. Maintenant on va voir la portée de ce que nous avons vu. Nous allons, alors, vers une réflexion sur le Christ, l'Antéchrist, et l'Église. Je tiens à condenser ces choses grandioses le plus simplement possible. Donc, pour commencer, je dirais qu'il y a trois choses qui sont des caractéristiques communes à chacun d'eux.

1) Un type de création

Tout d'abord, un type de création. Il porte le nom d'homme. Jésus Christ est un type de création, l'Antéchrist est un type (je vais modifier le sens du mot) de créature. Antéchrist n'est pas créé en tant que l'Antéchrist, mais il est un type de créature, maintenant en vigueur, bien sûr, dans le sens plus général , un type de création, de l'être. Ensuite, l'Église, le Corps de Christ, est un type de création, un « homme nouveau », une nouvelle création. Donc vous voyez que la première chose (l'homme) est caractéristique de toutes les trois.

2) Un pouvoir, un principe, un élément actif

Deuxièmement, un pouvoir, une dynamique, un principe. Lorsque nous parlons de principe, nous entendons quelque chose qui fonctionne, quelque chose qui dirige, et tous les trois relèvent également de ce dénominateur. Christ est un pouvoir, ainsi qu'une personne, un pouvoir, une dynamique, – si vous me permettez de le dire - un principe. Ce n'est pas d'enlever quoi que ce soit à sa personnalité, mais Il est l'incarnation d'un principe de Dieu dans cet univers, une loi ou un principe, si vous voulez, quelque chose qui gouverne d'une grande manière, Il est une puissance. L'Antéchrist est un pouvoir, une force, un principe, un élément actif. Le passage en 2 Thessaloniciens 2, est parfaitement clair : «dont la venue est selon la puissance (le grec est « dynamisation ») de Satan, avec toutes la puissance (dunamis) ». L'Antéchrist est un pouvoir, une puissance.

L'Église, qui est son Corps, est une puissance. Ce n'est pas seulement l'ensemble des membres individuels, c'est quelque chose qui enregistre une force et une énergie spirituelle dans le royaume spirituel. Bien sûr, si l'Église n'était qu'une simple organisation, une congrégation, elle ne serait pas importante pour Satan ou pour toute autre personne, mais quand elle est constituée par Dieu, elle est une puissance, c'est quelque chose dont il faut tenir compte dans cet univers. Plût à Dieu, qu'elle vive plus pleinement à la hauteur de cette conception divine et dans la conscience de sa nécessité. Néanmoins, si il y a deux ou trois réunis en son Nom, représentant l'Église dans une véritable unité du Saint Esprit, il y a un impact de sa puissance dans tout le royaume invisible .

3) Un royaume

Troisièmement, un royaume, un empire. Christ est un type de création, le Christ est une puissance, le Christ est un royaume. »Le royaume du Fils de son amour», tous ces passages où nous avons lu au sujet de son élévation, sa mise en prééminence, avec toutes choses sous ses pieds, tout cela parle de son Royaume, son Reigne. Mais l'Antéchrist représente aussi un royaume, un empire, et l'Église, le Corps du Christ, porte la même signification, en union avec le Christ, il est un royaume.»Sois sans crainte, petit troupeau, car il est du bon plaisir du Père de vous donner le royaume.» L'Église est »la plénitude de celui qui remplit tout en tous ...». Alors, qui est l'homme ? »Tu l'as fait pour dominer»! Maintenant, je pense que ces choses sont parfaitement claires et parfaitement simples, mais ils ne conduisent qu'à d'autres choses. Il y a d'autres choses qui sont liés à celles-ci. La première de ces questions n'est rien de moins qu'une question des droits de Dieu.

La récupération des droits de Dieu

Avec le Christ, la question suprême a pour sujet les droits de Dieu. Il est l'incarnation et l'incorporation de ces droits. Vous demandez maintenant le sens de Christ ? Regardez derrière le fait du Christ, derrière la personne, derrière le Christ qui nous est présenté, que nous acceptons personnellement, dont nous acceptons l'enseignement, dont l'œuvre nous acceptons et nous nous émerveillons, les faits dont la vie et de la mort, la résurrection et l'ascension, en lesquels nous croyons; revenons derrière tout cela, et quelle est la signification ? Que veut-il dire ? Pourquoi Jésus-Christ ? La réponse est, « Les droits de Dieu dans cet univers ». Maintenant, voilà qui va au cœur de notre premier point sur le Christ, à savoir qu'Il est un type de création, une sorte d'être, un homme, dans lequel les droits de Dieu prennent toute la place de préoccupation et de dévotion. Ici, vous avez un homme, « L'homme Christ Jésus ». «Il est ... un médiateur ... entre Dieu et les hommes, l'homme lui-même, le Christ Jésus » (1 Tim. 2:5). »Qui est l'homme ... le fils de l'homme ? » Nous voyons Jésus! ou dans la désignation familière de 1 Cor. 15:45, « le dernier Adam ». Ici, vous avez un type de création, et l'explication de ce type de création sont les droits de Dieu. Il est un homme dont l'esprit, dans l'union vivante avec Dieu, est régie par l'Esprit de Dieu, et le tout en relation avec les droits de Dieu. Il est régi par l'Esprit de Dieu. Il est régi, dans son esprit, son cœur, sa volonté, sa raison, son désir, son choix, par l'Esprit de Dieu en ce qui concerne les droits de Dieu.

Maintenant vous voyez le défi, il est venu, dès le début. L'agression était faite lors du premier Adam, pour l'emmener à utiliser son esprit, sa raison, ses désirs, ses sentiments, sa volonté, son choix, hors de la relation avec Dieu, à l'exception de Dieu, de façon inconsidérée et indépendante, rejetant ce que Dieu avait fait connaître comme sa pensée, en agissant librement et sans conscience. Bien sûr, l'objet de l'adversaire était de priver Dieu de ses droits, alors qu'ils étaient intimement et intrinsèquement liés à cet homme, et à partir de ce moment, les droits de Dieu Lui ont été enlevés dans cette création (l'homme), dans cet univers.

L'histoire de l'Ancien Testament, comme du Nouveau Testament, et de tous les âges, est la terrible histoire de la bataille pour les droits de Dieu. Grâce au voyant et prophète, pour chaque représentant divin, le conflit concernait les droits de Dieu dans cet univers, les droits qui Lui ont été volés, Il a des droits qui ne Lui sont pas cédées, des droits qui ne Lui sont pas reconnus, mais qui ont été utilisés à d'autres fins, pour d'autres buts, pour un autre royaume. Ici, dans le dernier Adam, vous en avez un dont l'esprit, vivant une parfaite communion avec Dieu, Lui, tout à fait soumis au gouvernement de l'Esprit de Dieu, dont l'expression même de sa Personne est les droits de Dieu. Je n'oublie pas sa divinité. Comprenez-moi bien. Je parle de lui maintenant comme le représentant de l'homme, le Fils de l'homme. Il est Celui qui donne à Dieu toute la place ultime, dont la seule activité est en rapport avec les droits de Dieu, qui, par le biais de l'échec d'Adam, sont devenus un sujet de conflit. Alors que, en Lui, en tant que le dernier Adam, le représentant de l'homme, tout doit être rendu parfait grâce à ses souffrances.

Si nous considérons la nature de « parfait par la souffrance », la réponse est en un mot, « Il ... a souffert d'être tenté. » Maintenant, la forme de la tentation peut varier de temps à autre. À une occasion, ce peut être son état physique, et ce sera la faim, comme au début de sa carrière, ou, comme à la fin, l'agonie atroce de la croix. À un autre moment, les moyens de la tentation peuvent être d'une nature différente. La tentation peut venir de certaines préoccupations spirituelles, de déception, - nous ne pouvons pas couvrir toute la sphère des tentations de Jésus-Christ, les formes de tentation, de procès, de tests, ils sont trop nombreux. Mais c'est l'épreuve qui est pour Lui la souffrance, la tentation était la souffrance : « tenté en tous points comme nous , sans péché ». Il est conduit à la perfection par les souffrances de la tentation, la tentation de l'impatience, par exemple, de mettre en place son royaume à la satisfaction du peuple en utilisant les pouvoirs à Son commandement. Combien grandes étaient ses tentations! Par ces moyens, il a été rendu parfait.

Maintenant, quand vous considérez la tentation, et vous demander pourquoi la tentation, quel est le sens, quelle en est la raison ? La réponse est à nouveau, c'est uniquement pour que les droits de Dieu soient récupérés et éternellement protégés contre toute nouvelle possibilité d'être perdus. Chaque tentation avait pour but de L'éloigner du terrain des droits de Dieu. »Celui-ci est mon Fils bien-aimé»! Voici une déclaration faite par Dieu. Aussitôt, une situation de grave difficulté se présente, et contre la première voix nous entendons une deuxième, »Si tu es le Fils ...». Il y a un « si » D'où ce »si» tire-il sa force ? De la circonstance dans laquelle Il est pour le moment. Oh, il y a une force dans la tentation lorsque vous êtes physiquement épuisé! Nous le savons tous. Nous savons combien il est plus facile pour l'ennemi de prendre l'avantage au moment de l'épuisement physique, quelle que soit la cause ou l'occasion. Mais avec ça, vous voyez qu'il y a eu un temps d'expérience spirituelle, et ceux qui savent quelque chose sur l'expérience spirituelle, savent que ses ravages dans le domaine physique ouvrent la porte à l'assaut de l'ennemi. Eh bien maintenant - la tentation d'agir de lui-même, indépendamment, par instinct, de se valoriser. Si tu es le Fils de Dieu, fait quelque chose!Tu es dans la nécessité, te as un besoin, tu es en difficulté, il est en ton pouvoir de faire quelque chose, et si tu le fais, tu vas prouver que tu es ce quelqu'un. Vous voyez, c'est toute cette question subtile »si». Le fait est, est-ce que celui qui est venu expressément pour les droits de Dieu, peut permettre de soulever en Lui une question sur ce que Dieu a dit, ce que Dieu a affirmé, à propos de Dieu ? Si ? Si ? Maintenant, vous et moi avons eu beaucoup de « si » et de nombreuses questions. Vous et moi ne sommes que dans le cours des choses, mais nous savons très bien que ce que Dieu cherche à faire avec nous, c'est d'éliminer les « si », c'est pour nous faire régulièrement déplacer vers le terrrain où, quelles que soient les conditions, nous n'ayons pas de « si » avec Dieu. La puissance qui nous emmène à cette position est la puissance absolue de la victoire du Seigneur Jésus, sur ce même terrain. Il secourt ceux qui sont tentés, car Il a, après avoir été tenté, triomphé, Il a été rendu parfait par le biais de ces souffrances. Mais il n'avait pas de secours de l'homme dans la tentation. Il y est passé et Il a rencontré le tout de façon absolue sur son âme. Va-t-Il quitter le terrain des droits de Dieu ? Dieu a le droit d'être cru : ce qui va droit à la fondation de l'univers. Dieu a le droit d'être cru, Dieu a le droit d'être digne de confiance : Dieu a le droit d'être respecté, ce sont les droits de Dieu dans l'univers de Dieu. En vertu de conditions extrêmes, le Seigneur Jésus a remporté la victoire pour les droits de Dieu et est devenu l'homme de Dieu parfait selon le cœur de Dieu, un type, les premiers fruits, le premier-né entre plusieurs frères, celui qui, après avoir atteint la perfection par les souffrances, apporte de nombreux fils à la gloire. Ici, c'est le Christ, le type, et vous voyez le type d'homme que Dieu cherche.

Antéchrist - Un Esprit, ainsi qu'une personne

Maintenant, juste pour un moment en passant, vous voulez savoir qui est l'Antéchrist ? Sur ce point, à savoir le type de créature, le type de l'être, le type est exactement le contraire du Christ. En tout cela, il est celui qui ne se préoccupe des droits de Dieu, aucune considération pour la place de Dieu, mais plutôt ne considère que les actes envers ses propres fins, et, bien-aimés, c'est là où l'application devient si personnelle et si solennelle, où elle est rencontrée dans la vie pratique. Antéchrist est, avant tout, un esprit. Nous allons probablement parler plus en détail plus tard au sujet de l'Antéchrist, mais je veux vous faire remarquer, que Jean parle de l'Antéchrist de trois façons.

Tout d'abord, il parle au sens général - antéchrist : aucun article - « antéchrist vient ... ».Ensuite, il parle dans le sens collectif et écrit il y a plusieurs antéchrists. Mais il parle encore dans ce sens particulier de l'Antéchrist. Avez-vous remarqué ? Puis il dit, « Tout esprit ... tel est l'esprit de l'antéchrist. »Antéchrist, alors, est essentiellement un esprit, et c'est l'esprit qui fonctionne contrairement à la mission (l'Esprit) de Christ qui se consacre totalement et sans réserve aux droits et aux intérêts de Dieu, peu importe ce qu'il en coûte, même jusqu'au bout, au déversement de son âme jusqu'à la mort, - »pas ma volonté mais la tienne». Tout est lié aux droits de Dieu. L'esprit de l'Antéchrist, c'est le contraire qui fonctionne et dont les intérêts ne sont pas les intérêts de Dieu, les intérêts personnels, des inspirations et des buts qui ne sont pas de Dieu. L'esprit de l'Antéchrist a trop souvent motivé les enfants de Dieu. L'esprit de l'Antéchrist est dans notre nature déchue, et nous le savons bien, nous connaissons le conflit concernant les droits et la volonté de Dieu.

Nous connaissons le terrible conflit qui se pose dans les tentations de l'impatience, la tentation de faire quelque chose quand la main de Dieu est sur nous et nous garde de faire quoi que ce soit, ne nous permettant pas de faire des choses, mais nous disant tout le temps, si ce n'est en parole « Sois calme ». S'Il nous le disait de façon audible, bien sûr, ce serait d'une grande aide pour nous, mais Il ne nous aide pas en ce sens, Il ne nous permet tout simplement pas de le faire. Fais quelque chose! dit le tentateur derrière cette nature déchue, cette nature rebelle, Fais quelque chose! Prends les choses en mains, tu peux le faire si tu le veux : prouve qui tu es, il est en ton pouvoir de le faire! Oh! la tentation à l'impatience n'est que l'une des mille manières dont nous sommes tentés, et chaque fois que nous cédons à la tentation, l'Antéchrist a triomphé, l'esprit de l'Antéchrist. Je sais que c'est beaucoup plus que cela, mais je cherche donc à porter cette question à son application pratique, et pas seulement à avoir une conception objective de la vérité. Comment cette chose fonctionne est ce qui importe, et l'aide qui pourrait nous venir dans cette considération, je crois, se trouve ici, « L'homme Jésus Christ » d'une part, a triomphé dans toutes ces tentations qui sont communes à ses frères : D'autre part, Il est en présence de Dieu pour nous secourir dans ces tentations, pour que nous soyons conformes à son image et, éventuellement, devenions le type de création que Dieu a toujours eu à l'esprit, dans lequel il a investi ses droits, ceux qui seront les gardiens des droits de Dieu dans cet univers. Maintenant, que c'est gros! Me direz-vous. Peut-être trop grand, mais n'est-ce pas là la signification même des chérubins tout au long de l'Écriture ? Vous avez dans les chérubins des figures représentatives de l'ensemble de la création. Ils sont quatre et quatre est le nombre de la création. Ils sont au nombre de quatre, qui englobe toute la création, et les chérubins, depuis les portes du Jardin jusqu'à la Révélation, à la fin, sont les gardiens des droits de Dieu. Là, ils se tiennent, pour commencer, avec une épée enflammée. Ses droits ont été violés, et ils relèvent le défi, et puis, à travers l'Écriture, jusqu'à ce que les quatre êtres vivants soient perçus à la fin, vous trouverez le même principe, les droits de Dieu - ils adorent. Et qu'est-ce que le culte ? Qu'est-ce que l'adoration ? N'est-ce pas de redonner à Dieu Ses droits ? N'est-ce pas lui donner ce à quoi Il a droit ? N'est-ce pas la reconnaissance de son droit sur toutes choses dans tout l'univers ? Dieu recherche un homme, un ensemble, un homme universel, et c'est là que l'Église entre en jeu, comme une avec le Christ et en opposition à l'Antéchrist, et ce n'est pas seulement une affaire d'association officielle, d'organisation, c'est quelque chose qui va droit au cœur de tous les membres de Christ. Ce quelque chose est vrai pour ce qui est du Christ, le triomphe des droits de Dieu, les intérêts de Dieu sur tous les égoïstes, égocentriques orgueilleux, les intérêts et les préoccupations charnelles du monde. Dieu fait ça, avec vous et avec moi.

La question pratique

Maintenant, je dois m'arrêter là pour le moment. Il s'agit seulement d'une large vision des choses. Bien-aimés, ce n'est pas une idée saugrenue. Il y a d'autres choses que l'on peut dire, mais tous ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre reconnaîtrons que l'application intégrale, dernière la manifestation de l'Antéchrist est à venir très prochainement. Le tout est réduit, concentré. Le dernier aspect pointe à l'horizon. Oh, alors, qu'est-ce que cela peut me dire ? Quelle est la valeur de tout cela pour moi ? Je ne veux pas juste être un étudiant de la prophétie, juste pour savoir ce que la Bible enseigne au sujet de l'Antéchrist. Non, la portée spirituelle pour moi, pour vous, si nous pouvons de quelque manière discerner le développement de l'esprit de l'Antéchrist, l'intensification de cette chose dans l'univers de Dieu, l'accomplissement de cette chose à son paroxysme, nous sommes aveugles si nous ne pouvons le voir aujourd'hui. Si je pense qu'il serait sage et qui de toute manière renforcerait ce que je dis, je pourrais vous donner des chaînes de références provenant de la mise à jour des énoncés, en paroles et par écrit, mais voici l'essence même de l'expression ultime de l'Antéchrist : LE CULTE DE L'HOMME, les noms des hommes sont mentionnés dans ce sens : « Il est notre Jésus-Christ et ses livres sont nos sermons sur la montagne. » Oh, tout ce qui se rattache à ce genre de chose. Je dis que nous sommes aveugles, si nous ne pouvons pas voir la direction que prend cette affaire. Si nous le constatons, il y a deux choses auxquelles nous pouvons nous attendre. L'une est la manifestation du Christ. Ah oui, mais il y a une autre chose, et c'est l'intensification de l'Esprit du Christ dans le Corps de Christ, dans sa conformité à l'image de Christ. Le corps du Christ n'est pas seulement une entité, il est l'incarnation de choses spirituelles portée à sa perfection, et, si je ne me trompe pas, cette chose est vraie dans le cas de multitudes de ses propres enfants, qui sont pressés et compressés et pressés, presque hors mesure, sur la question de savoir s'ils vont croire Dieu et Lui faire confiance malgré tout ce qui semble être en contradiction avec Dieu, si on se confie en Dieu parce qu'Il est Dieu, estimé pour ce qu'Il est, et non pour ce qu'Il fait, non pas pour la délivrance qu'Il apporte, non pas pour l'aide qu'il donne, pas pour les manifestations de lui-même d'une manière quelconque, mais POUR ce qu'Il EST. Il est Dieu, et, étant ce qu'il est, il doit être digne de confiance, doit être cru, doit être obéi. Nous devons demeurer sur notre terrain et ne pas bouger, tout simplement parce que nous croyons que Dieu est, et qu'il est ce qu'il est, et c'est la tentation qui vient, qui nous atteint. Il permet que toutes sortes de choses se produisent qui ressemblent à des contradictions de lui-même. Il nous conduit dans des épreuves qui sont supérieures à ce que la nature humaine puisse supporter. Nous sommes conscients de venir encore et encore au point où notre capacité à continuer et à endurer est à bout. Nous sommes dans la dernière épreuve. C'est toute la question de la foi.

La Foi! C'est là où Adam est tombé; c'est là que les droits de Dieu ont été perdus et où Satan a triomphé, et sur ce point, Dieu va récupérer ses droits. Tout se concentre sur un point, à savoir, la foi. La dernière question pour les saints de cette dispensation est la question d'une foi qui soit authentique, sans artifice, sans ajout, dépourvue de tout genre d'aide, la foi qui est soutenue seulement que par le Fils de Dieu et par l'Esprit éternel, et par rien d'autre. Sommes-nous dans cette tourmente ? Je pense que nous le sommes. Et, dans la mesure où le principe spirituel est concerné, c'est une terrible bataille contre l'Antéchrist, de sorte que les saints, même les élus, s'il était possible, serait déracinés et emportés.


Traduit par Guy et mis en ligne par Eglise de Maison.Com  Nous aimerions lire vos commentaires : cliquez ici