Le piège du légalisme


Le légalisme consiste à penser que si nous obéissons à un certain nombre de règles, nous aurons l'approbation de Dieu sur notre vie. Il est vrai que la Bible contient de nombreux commandements auxquels nous devons obéir, et il est clair que nous ne devons pas les négliger. Cependant, ce qu'il faut comprendre, c'est que Dieu n'ordonne dans la Bible que le strict minimum.

Il ne faut pas penser que nous puissions gagner la faveur de Dieu par nos actes. Dieu offre à tous ceux qui le souhaitent le privilège d'être Ses enfants : une telle faveur ne s'achète pas. S'il nous était possible d'être suffisamment bons pour gagner la vie éternelle, Dieu nous la donnerait comme un dû. Mais comme personne n'a jamais pu atteindre, ne serait-ce que dans une infime mesure, la perfection que Dieu exige, la vie éternelle et la faveur divine ne peuvent pas s'acheter : Dieu nous offre ce privilège purement par grâce.

Par conséquent, il faut comprendre que ce que Dieu souhaite de notre part, ce n'est pas simplement une obéissance légaliste à chaque commandement de la Bible. Ce qu'Il désire, c'est plutôt que nous fassions volontairement Sa volonté. Dieu ne nous a pas donné Sa grâce de manière mesurée : nous avons reçu infiniment plus que nous ne méritions. Combien il serait donc mesquin de vouloir nous borner à ce qui est explicitement ordonné ! Ce que Dieu désire, c'est plutôt que nous nous donnions à Lui sans mesure, et que nous fassions spontanément, avec joie, Sa volonté. C'est pourquoi Il ordonne rarement Sa pleine volonté : Il n'ordonne que le minimum, en espérant que nous aurons le désir d'aller plus loin.

Considérons l'exemple de la relation d'un enfant avec ses parents. Il est vrai que les parents imposent certaines normes que l'enfant doit respecter. Il est vrai aussi que toute désobéissance de l'enfant sera punie. Néanmoins, le souhait des parents n'est pas d'avoir une relation légale et officielle avec leur enfant, mais plutôt une relation d'amitié intime. Imaginez comme les parents seraient peinés si leur enfant faisait scrupuleusement tous les ordres qu'ils lui avaient explicitement donnés, mais ne s'intéressait aucunement à faire plaisir à ses parents, au-delà du strict minimum requis ! Les parents ne voudraient pas donner explicitement une liste de règles à suivre, car ce qu'ils souhaitent par-dessus tout, c'est que l'enfant cherche spontanément à leur faire plaisir. Il en est de même avec Dieu.

Jésus donne une parabole pour expliquer ce principe important dans l'Evangile de Luc, chapitre 17, versets 7 à 10. Il dit : "Qui de vous, ayant un serviteur qui laboure, ou qui paisse les troupeaux, lui dise aussitôt qu'il revient des champs : Avance-toi et te mets à table ? Ne lui dira-t-il pas plutôt : Prépare-moi à souper et ceins-toi, et me sers, jusqu'à ce que j'aie mangé et bu; et après cela tu mangeras et tu boiras ? Aura-t-il de l'obligation à ce serviteur, parce qu'il aura fait ce qui lui avait été commandé ? Je ne le pense pas. Vous de même, quand vous aurez fait tout ce qui vous est commandé, dites : Nous sommes des serviteurs inutiles, parce que nous n'avons fait que ce que nous étions obligés de faire." Nous voyons donc que si nous nous bornons à garder les stricts commandements de la Bible, nous sommes inutiles dans les mains de Dieu.

Pour Lui être utiles, nous devons donc cesser de raisonner en termes de ce que nous devons ou ne devons pas faire; il nous faut plutôt chercher à découvrir toutes les petites choses que nous pourrions faire pour faire plaisir à Dieu. N'attendons pas que Dieu mette des embûches dans notre chemin pour nous obliger à faire Sa volonté; soyons plutôt en communion avec Lui, de sorte que nous devinions ce qu'Il aimerait faire (voir le Psaume 32, versets 8 et 9).

Penser : " La Bible ne dit pas que je dois faire telle chose ", c'est avoir une attitude légaliste. Peu nous importe si la Bible l'ordonne ou non ! La Bible explique (2 Corinthiens 3:3-6 et Hébreux 8:10) que Dieu a non seulement écrit Sa loi, dans la Bible, extérieurement, mais aussi, intérieurement, dans nos coeurs. C'est-à-dire que si nous écoutons la voie intérieure de l'Esprit de Dieu en nous, nous pourrons discerner non seulement les obligations et les interdictions de la loi écrite de Dieu, mais aussi les multiples choses que nous pouvons faire pour nous approcher d'avantage de Dieu. " La lettre tue, mais l'Esprit vivifie. " En effet, suivre la lettre de la loi, c'est discerner combien nous devons donner, et combien nous pouvons garder; suivre l'Esprit, c'est tout donner de plein gré, sans compter !

Si nous suivons sincèrement le Seigneur, il sera notre expérience, comme il l'a été pour tant d'autres avant nous : Dieu nous donnera " et le vouloir et le faire selon son plaisir " (Philippiens 2:13). Il ne se contente pas simplement de nous donner des ordres extérieurs, il met en nous le désir insatiable de Lui faire plaisir. Fuyons le légalisme, et apprenons à vivre totalement pour le Seigneur, sans compter !


Mis en ligne par Eglise de Maison.Com  Nous aimerions lire vos commentaires : cliquez ici